Voeu relatif à la baisse des effectifs dans les écoles du 20e et à la refonte de la carte scolaire

Mis à jour : 21 nov. 2018

Voeu relatif à la baisse des effectifs dans les écoles du 20e arrondissement et à la refonte de la carte scolaire, présenté par Virginie Daspet et les élu•e•s du groupe Génération•s


Considérant la baisse de démographie, dont nous ne pouvons savoir si elle sera ponctuelle ou durable ;


Considérant que l’évitement scolaire intervient de plus en plus tôt, parfois dès l’école maternelle, notamment dans les quartiers proches de Belleville-Ménilmontant ;


Considérant que de nombreuses classes affichent des effectifs proches des 30 élèves ;


Considérant le dispositif de dédoublement des classes de CP mis en place dans les REP ;


Considérant que l’un des obstacles à ce dédoublement est l’absence de salles de classes disponibles ;


Considérant que malgré leurs qualités patrimoniales, nombre de nos écoles sont, par leur architecture ancienne, peu fonctionnelles ;


Considérant que du fait de l’exiguïté de nombreuses cours de récréation, le bruit et la promiscuité sont des causes de fatigue et de stress notables pour les élèves, enseignants, animateurs et autres personnels ;


Considérant que la taille des réfectoires scolaires oblige l’organisation de nombreux services à la file et réduit d’autant le temps consacré au déjeuner ;


Considérant la nécessaire rénovation des écoles, et notamment leurs mises aux normes du plan climat et d’accessibilité PMR ;


Sur propositions de Virginie Daspet et des élu•e•s du Groupe Génération•s, le Conseil de Paris émet le voeu que la Ville de Paris intervienne auprès du rectorat :

- La Ville de Paris demande un état des lieux des financements de l’État, des structures d’apprentissage du français pour les personnes migrantes depuis 2016 et les projections pour l’année à venir.
- La Ville de Paris soutienne les organismes et associations d’offres de formation au français et travaille à la mise en place d’une coordination de l’ensemble des acteurs publics et privés engagés pour la redéfinition d’une politique globale en matière d’apprentissage de la langue.
- La Ville de Paris demande notamment qu’un effort soit fait en direction des parents des enfants scolarisés en classes UP2A, car si les parents ne maîtrisent pas la langue française, c’est une difficulté supplémentaire pour les élèves.

Retrouvez l'intervention de Virginie Daspet en Conseil de Paris du 15 novembre 2018



S'inscrire à notre newsletter

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram