Projet d'extension de la gare du nord : Une logique économique et financière très claire.



Yves Contassot intervenait en Conseil de Paris sur le projet Paris Nord 2024 de modernisation et extension de la Gare du Nord (10e) - Avis sur l'étude d'impact et la demande de permis dans le cadre de la consultation préalable des collectivités.


Madame la maire, mes chers collègues,


Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer sur le projet d’extension de la Gare du Nord, porté par la SEMOP Paris Nord 2024, fruit d’un mariage entre la SNCF et Auchan via sa filiale CEETRUS.


Il nous est aujourd’hui demandé de donner un avis favorable à l’étude d’impact environnemental et à la demande de permis de construire.


Comment pourrions-nous considérer que ce projet n’aura aucun impact sur son environnement ?


Ce projet, en effet, est contraire à tout bon sens et à tous les principes que nous exprimons sans cesse dans cet hémicycle :

Rassurez-vous, on nous parle d’un nouveau parking à vélos, mais ce n’est pas vous l’aurez compris ce point qui nous chagrine. Cela est certes une bonne chose, une évidence même, à l’endroit d’un pôle de mobilité que représente une gare. Nous sommes d’accord pour garder le parking à vélo dans ce projet, ainsi que l’éco-station bus et l’espace logistique urbain.

Malheureusement, ces quelques améliorations, ainsi que les saupoudrages programmatiques culturels ou solidaires ne peuvent nous faire oublier le reste et l’essentiel du projet.

Sous justification d’améliorer certes les conditions de circulation à l’intérieur et aux abords de la gare, le projet prévoit en effet de créer comme par magie 60 000 m2 de surface de plancher.

Il s’agit de pas moins de 5 niveaux au dessus du terminal des départs, dédiés, je cite « à des espaces commerciaux, de co-working, une salle de sports, des espaces de restauration, des espaces d’animation culturelle… et des terrasses végétalisées ouvertes au public ». Nous sommes sauvés.


Mais regardons en détail la répartition de la totalité du projet final de 136 000 m2 :

42 133m2 de commerces

32 914m2 de bureaux

4 035m2 de résidence hôtelière

57 544 m2 d’espaces complémentaires, dont 1 135m2 de services d’exploitation, 2897m2 de services voyageurs et 22 692 m2 d’espaces de circulation.


Soit, je résume pour notre assemblée : 31% de la surface totale de la gare dédiée aux commerces, 24% dédiés aux bureaux, 3% dédiés à l’hôtellerie. Au final, seulement 42% de la surface sera dédiée aux services « complémentaires » nécessaire au fonctionnement des lieux, aux services aux voyageurs et à la circulation des personnes.


Les espaces de circulation des personnes, leur optimisation étant pourtant une des principales justifications du projet, ne représentant que 16,6% de la surface au final.

Bref, Tout le monde est allègrement servi dans ce gâteau sorti de 5 étages qui viendront couronner la Gare du Nord, et la Gare du Nord ne sera officiellement plus majoritairement une gare, mais avant un centre commercial et d’activités, où un « pôle d’attractivité métropolitain » comme l’indique la délibération.

La logique économique et financière derrière ce projet est très claire.


Mais comment, dans ces conditions, croire que ce projet Gare du Nord 2024 n’aura pas d’impact sur le quartier et son environnement ? Une telle densification de bureaux et d’activités, avec les flux supplémentaire qu’il va générer, à proximité par ailleurs de l’hôpital Lariboisière, va impacter fortement la vie des riverains, ainsi que le climat, via l’augmentation de la fréquentation, de l’activité, donc des consommations d’énergie (couvertes seulement à 70% par des énergies renouvelables).


Sans compter la phase chantier, qui en réalité, mériterait qu’on en parle longuement puisqu’elle va, non seulement imposer dans ce secteur déjà dense ces nuisances qui nous sont tant reprochées ces temps-ci pour des projets d’intérêt général (je cite la délibération « compte-tenu de l’ampleur du chantier, les nuisances risquent d’être importantes »); mais également être source de pollutions atmosphériques et climatiques via le transport et l’utilisation des matériaux de construction. Le transport par fret des matériaux n’est même pas garanti (on parle pourtant d’une gare !), pas plus que l’utilisation de matériaux bas-carbone.


Mon co-président Yves Contassot a déjà évoqué dans son intervention sur la Gare d’Austerlitz notre vision de la densification des quartiers parisiens. Il s’agit bien ici encore de bétonisation. En aucun cas une telle construction massive et concentrée de commerces et de bureaux n’agit dans l’intérêt des Parisiens. Les riverains de la Gare du Nord ne respireront pas mieux, leur qualité de vie se trouvera dégradée par ce nouveau temple dédié au consumérisme.


Il s’agit bien uniquement des intérêts financiers des branches immobilières de la SNCF et d’Auchan que nous servons par cette délibération, en s’inscrivant une fois encore dans les logiques de spéculations immobilière et commerciale qui sous-tendent ce type de projets.


Alors que tant de gares et de lignes ferment ces derniers temps partout en France, nous réitérons notre opinion que la SNCF devrait se concentrer sur ses missions de services publics que sont les mobilités ferroviaires, le fret et le transport de voyageur, et c’est bien là l’utilité première d’une gare, que d’accueillir les voyageurs et de leur offrir des services. Paris ne manque ni de commerces, ni de bureaux.


Nous voterons donc bien sûr contre cette délibération.


Je vous remercie.

S'inscrire à notre newsletter

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram