Pollution au plomb à Paris : les parisien•nes doivent être informé•es face aux risques.

Depuis l’incendie de Notre-Dame de Paris, il y a 3 mois, l’action coordonnée de l’État, l’ARS (Agence Régionale de Santé) et la Ville de Paris manque de transparence et de clarté.


Lors du dernier conseil de Paris, mardi 9 juillet, le groupe Génération•s demandait au Préfet de police de Paris Didier Lallement, en présence de l’exécutif parisien (Intervention de Léa Filoche)


  • Une cartographie précise des retombées de plomb liées à la dispersion des polluants par les vents et mouvements verticaux

  • La mise en place d’un dispositif de prévention, de contrôle, de protection, et de de décontamination des riverain•es, commerçant•es, salarié•es, et ouvriers intervenant sur les chantiers de Notre-Dame de Paris.

  • Un point d’étape devant les élu•es parisien•es par la Préfecture de police de Paris et l’ARS.


Le Préfet de Paris n’a répondu que partiellement aux inquiétudes légitimes soulevées et a manqué de précisions (Réponse du Préfet de Police)


La conférence de presse tripartite de ce jour qui répond en partie à l’article de Mediapart n’apporte toujours pas d’éléments clairs et solides, c'est pourquoi les élu•es du groupe Génération•s demandent :


- Les seuils de prévention ou d’alerte ne sont pas les mêmes en fonction des déclarations publiques ou articles. Doit-on parler de 70 μg/m2 ou de 1000 μg/m2 pour mettre en place le principe de précaution ?


- Il a été décidé de faire les différentes mesures dans un rayon de 500 mètres autour de Notre-Dame. Cependant, en fonction des vents et de la pression dans l’air, la dispersion est différente. Le périmètre des mesures doit donc être étendu en fonction de la dispersion.


- Le dispositif d’information et de prévention des parisien•nes qu’ils•elles habitent, travaillent ou grandissent, reste vague. Un accueil à l’Hotel Dieu pour tous les riverain•nes et commerçant•es ainsi qu’une permanence spécifique à la PMI du 4ème arrondissement et au Centre de santé Edisson dans le 13ème arrondissement ont été mis en place. Cependant, nous pensons que l’ensemble des potentielles victimes de la pollution de plomb doivent être approchées directement.


Enfin, la question de la pollution de la Seine et des réseaux d’assainissement n’a toujours pas fait l’objet d’une information alors même que cela était également une de nos préoccupations lors du dernier Conseil de Paris.


Nous rappelons qu'il relève de la responsabilité de l'État et de la Ville de Paris d'organiser la protection de la santé de tous•tes, et en particulier des plus fragiles.

S'inscrire à notre newsletter

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram