Pérennité de la subvention au GENEPI

Léa Filoche intervenait sur la Subvention de 5.000 euros accordée à l'association de lutte pour les droits humains GENEPI en Conseil de Paris




Lors du Conseil de Paris de décembre dernier, nous avions déposé un amendement à la délibération pour l’attribution d’une subvention à l’association Genepi. Par cet amendement nous souhaitions mettre en lumière la situation alarmante que traversait le GENEPI. En effet l’association devait faire face à la censure du gouvernement, qui lui reprochait une critique trop forte envers l'administration pénitentiaire. L’association s’était donc vue réduire à néant sa subvention – de la part de l’État- et leur accès aux prisons rendu plus compliqué.


Après des mois de mobilisation de ses bénévoles, de dizaines d’organisations partenaires et de personnalités, le Genepi avait finalement obtenu, en partie, gain de cause en signant avec la Direction de l’Administration Pénitentiaire une nouvelle convention permettant aux bénévoles de l’association de pousser à nouveau les portes des prisons.


Grâce à cette augmentation exceptionnelle de la subvention prévue, la ville de Paris a fait le choix de compenser, à son niveau, la censure de l’État. Nous tenons à remercier une nouvelle fois Hélène Bidard d’avoir pris en charge cette augmentation pour l’année 2018.


Vous aurez donc compris notre nouvelle satisfaction face à la reconduction de cette subvention, pour cette association dont le projet est essentiel pour le décloisonnement des institutions carcérales.


L’association a, depuis, continué son travail d’information notamment sur le sol parisien, de sensibilisation des publics sur la situation des personnes incarcérées et continue sa mission pour recréer du lien entre la société et les prisonniers et prisonnières.


Elle est intervenue à plusieurs reprises en soutien aux grévistes des Centres de Rétention Administratives, mobilisés contre les violences policières et contre les déportations, tout en réclamant la liberté pour tous les étrangers enfermés dans ces centres.


Le GENEPI a également interpelé la Garde des Sceaux sur la question de la justice des mineurs dénonçant une réforme ne faisant qu’aggraver la situation des enfants et des adolescent, en augmentant encore les mesures répressives sous couvert d’exigence “d’efficacité” et de lutte contre le soi-disant “laxisme” de la justice envers les mineur.


Récemment, l’association a également alerté sur l’inacceptable transphobie pénitentiaire, notamment à la prison de Fleury-Mérogis et sur les conditions d’incarcération pendant les fortes chaleurs.


Les militantes et militants de l’association, organisent depuis toutes ces années la mise en lumière des prisonniers, de leurs conditions d’incarcération, par une circulation des savoirs et des témoignages avec la société civile. Le Genepi est devenu un acteur essentiel pour la défense des droits des personnes incarcérées.


Notre groupe se félicite à nouveau de la reconduction et la pérennisation de cette subvention sur le volet « lutte contre les discriminations ».

Nous profitons de cette occasion pour demander un bilan global des subventions, que reçoit le GÉNÉPI par les différentes directions de la ville.

S'inscrire à notre newsletter

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram