7 sujets primordiaux pour construire l’après

Nous traversons une crise sanitaire jamais vue dans notre société contemporaine, qui chamboule les Parisiennes et les Parisiens dans leurs vies et leurs certitudes.

Nous pouvons être collectivement respectueux de l’engagement de chacune et chacun d’entre nous depuis maintenant 43 jours. Nous avons su puiser en chacune et chacun toutes les énergies disponibles pour les mobiliser dans la gestion de la crise sanitaire.


La crise sanitaire que nous traversons nous permet de tirer les justes leçons afin que nous puissions encore améliorer la ville de demain : une ville sociale, écologique, solidaire, féministe, anti-raciste, résiliente, et surtout toujours, toujours, exigeante.


Les discours et décisions de ces dernières décennies qui n’avaient pour objectifs que de réduire les coûts, réduire la masse salariale, s’attaquer au statut des fonctionnaires, s’attaquer à nos services publics, notamment notre hôpital, s’attaquer plus largement au code du travail, réduire la médecine du travail, créer de nouveaux statuts sans protection sociale, privatiser, déréguler, délocaliser, semblent aujourd’hui encore plus décalés qu’hier.


Les premiers de cordées ne sont finalement pas celles et ceux que certains portaient aux nues il y a encore quelques mois. Les premiers de corvée, qu’ils soient agents du public ou auto-entrepreneurs, ont participé à rendre nos vies confinées acceptables voir confortables même si, pour certains, ils n’ont pas le choix. Le monde de demain devra reconnaitre les invisibles d’hier, à leur juste valeur, avec des statuts, des droits, des salaires dignes.


Cette épreuve nous appelle à reposer certaines limites, concernant notamment la question fondamentale des libertés publiques, qui ne peut être secondaire surtout lorsqu’on nous parle d’application de traçages individuels. Elle nous appelle à réinterroger la question du travail, et notamment du télétravail, qui certes, peut être une réponse mais demande aussi à être encadré bien plus fortement, afin de protéger des burn-outs massifs... Elle nous appelle aussi à réaffirmer notre volonté d’accueil et de protection des réfugiés et des mineurs isolées, qui ne peut pas juste dépendre du bon vouloir et des moyens des communes mobilisées et de porter l’idée qu’il faut, comme dans de nombreux pays, régulariser les sans-papiers présents et celles et ceux qui arrivent, « quoi qu’il en coûte ».


La Ville de Paris a su garantir à toutes et tous les moyens d’affronter cette crise sanitaire, loin de petits calculs électoraux qui ne font que d’éloigner les citoyens de l’action publique. Nous devons maintenant aussi prendre le temps de penser le monde d’après, et nous pouvons dès aujourd’hui définir quelques objectifs fondamentaux.

Dans une perspective à court et moyen termes, 7 sujets primordiaux :


Santé :

Nous devons revoir en profondeur notre système de santé et lui redonner les moyens de nous soigner toutes et tous, dans toutes les circonstances.

> Favoriser l’accès aux soins, et revoir en profondeur tous les choix qui ont été faits ces dernières décennies, ne voyant la santé que sous l’angle comptable : fin de la Tarification À l’Activité (T2A), arrêts des fermeture de lits, et donc des hôpitaux, recrutements et formations de professionnels de santé et de personnels administratifs.


Éducation :

Nous devons mettre tous nos efforts et ne pas faire de la génération Covid 19, une génération sacrifiée. Et le cadre de l’Education Nationale, obligatoire, laïque et gratuite est le garant de cela.

> Travailler à une rentrée exceptionnelle via un plan d’urgence académique, avec des moyens conséquents et une préparation en concertation avec les partenaires de l’Ecole. L’éducation populaire, les clubs de prévention, les associations de quartiers, les centres sociaux, et les caisses des écoles doivent devenir centrales dans le lien entre les familles et la ville.







Transports et déplacements :

Dans la période, Ile-de-France Mobilités devrait assurer une remise en route à 100%, des réseaux de métros, bus, tram, et RER, dès le 11 mai, afin de garantir des conditions de transports sécurisées et rassurantes pour toutes et tous.

> Continuer le développement des axes cyclistes et piétons.

> En plus du dédoublement des lignes principales de métro en pistes cyclables, dédoubler d’autres lignes avec les bus touristiques qui sont actuellement en chômage technique.


Alimentation :

Nous devons être en capacité de nous nourrir à proximité de manière massive, mais aussi en nous assurant que les productions sont saines, variées et permettent aux producteurs de vivre de leur travail.

> Soutien à l’agriculture sur le territoire de la Métropole et en Ile-de-France.


Culture :

Les conséquences du confinement et de ses suites sont dramatiques. Le milieu de la culture a besoin d’un vaste plan national de soutien et de relance, avec une participation de la Ville de Paris, pour que la filière ne tombe pas dans une grande précarité et pour ne pas faire s’estomper l’essence créative de notre ville.

> Soutien renforcé à nos équipements culturels, maintien des subventions, et le règlement des heures d’éducation artistiques et culturelles aux intervenants en milieu scolaire.


Budget :

Les Maires de toutes les communes ont dû faire face à des dépenses soudaines et pour répondre à l’urgence de la pandémie et des effets du confinement.

Des dépenses extra ordinaires justifiées par l’urgence dans le domaine de l’aide sociale, de l’aide alimentaire, des aides à l’activité des commerces, au logement.

> Revoir les clauses, les tenants et aboutissements, les fondements d’une nouvelle contractualisation avec l’État.

> Plan de relance qui comprend une prise en charge par l’Etat des dépenses réalisées par les communes pendant cette crise.


Revenu Universel d’Existence :

Nous devons faire face aux effets catastrophiques de la crise pour bon nombres de Parisiennes et Parisiens, dont l’activité professionnelle dépend d’un fonctionnement régulier de la vie économique, en particulier celles et ceux qui se sont retrouvés, du jour au lendemain, dans des situations allant d’une diminution importante de leur revenu à un arrêt brutal d’activité.

> Travailler à la mise en place d’un Revenu Universel d’Existence au plan national. Il pourrait être financé par une politique volontariste de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale et il permettrait de lutter efficacement contre le non-recours aux aides sociales avec une mise en place automatique.

Quelques semaines avant l’annonce du confinement nous avions d’ailleurs voté la mise en place d’une conférence citoyenne sur l’expérimentation d’un Revenu Universel à Paris, il nous semble nécessaire que cette ambition commune se mette rapidement en place.


Intervention de Léa Filoche





Dossier complet










S'inscrire à notre newsletter

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram